Lors des Rencontres de la jeune photographie internationale à la Villa Pérochon, Patrick Delat m'a demandé de réaliser une scène photographique avec Frédéric Stucin. 
Cette scène photographique est un projet que j'ai mis en place après mon départ de France Inter. 
Je savais que je retrouverai ainsi le cœur de la photographie et celui de mon métier : interviewer des photographes ou personnalités de la photographie. 
C'est comme à la radio, un temps précis, minuté avec générique de début et de fin, et un entretien ponctué de musiques, de sons, de lectures, de photographies. Si l'invité me demande un numéro de clown de 3 minutes dans cette scène, c'est possible.
A Niort, j'ai donc vécu ma première !
A l'Ilot sauvage, dans une salle d'exposition munie d'un grand bar, vous entendrez le bruit du bar....
Les techniciens Manu, Vincent et Nicolas ont fait avec nous les réglages, sons et lumières la veille.
Et samedi à 14H 30, nous étions prêts. 
Ce fut très très agréable pour moi bien sur qui a retrouvé une voix de cette façon, pour le public qui a découvert le parcours de Frédéric Stucin et les hors champs de sa vie professionnelle.
Frédérique avait choisi une musique bien remuante, des lectures fortes et plusieurs de ses photographies.
Le public a été d'une attention exemplaire :-)
La Villa Pérochon a fait une captation vidéo, la voici la voila et merci à Patrick Delat.
Si vous avez envie de proposer cette "formule" au public, je vous raconterai plus en détail.

La Fiche de la Scène photographique :
Qu'est que la Scène photographique ?
Une interview comme à la radio ! Scénographiée avec intermède musical, lecture en direct… une nouvelle manière dynamique de découvrir un artiste sous une forme de spectacle vivant.

Interviewer des personnalités, donner à voir et à entendre leurs paroles et leurs oeuvres : c’est le métier que j’ai pratiqué au sein de deux radios : la Radio Suisse Romande et France Inter. Aujourd’hui, je propose ces interviews en public pour que le, la photographe, ses images et ses pensées soient directement en contact avec le regardeur.

Je m’adresse à tous les publics, les néophytes, les visiteurs, les amateurs, les jeunes, les moins jeunes, ceux qui sont par leur propre présence physique en lien avec la photographie. Ils visitent une exposition, un festival, un lieu dédié à la photographie. Mais je m’adresse aussi ceux qui suivront cette fausse émission sur le net pour apprendre à regarder et satisfaire leur curiosité car cette scène peut être enregistrée et filmée au gré de la structure organisatrice et lui servir d’outil de communication.

C’est un temps compté, une heure, consacrée à une personnalité de la photographie, un temps pour entrer dans son univers, ses créations, ses écritures, son travail, ses questionnements, ses utopies... Le public et les internautes peuvent savourer les grains des silences, les sons et les images projetées ou imaginées par le photographe. L’intérêt du direct permet de laisser la place à l’imprévu.
La lumière éclaire la scène sur laquelle est posée une table de studio. Sur cette table, deux micros. Une musique générique
retentit, et je prends la parole comme je le fais à la radio pour introduire, présenter l’invité et le sujet de notre rencontre. 
Puis je commence l’interview. Cet entretien est ponctué de musique, ou de sons et de lectures de textes par un comédien placé sur le côté de la scène avec un micro sur pied. L’invité peut parler, répondre à mes questions, se taire, lire un texte, présenter un autre artiste ou une personnalité de son choix.

Dernière date